Brèves de conseil - déc. 2013

Deux chapeaux à avaler...

Extraits choisis de la séance publique du conseil municipal du 19 décembre 2013.

 

Deux chapeaux à avaler en une soirée ! De quoi rester …coi !    

Première tournée : 

Damien Combet l’avait dit, il l’avait écrit, c’était consigné dans le compte-rendu du Conseil de novembre, c’était même dans le journal : Je ne reviendrai pas dans ce Conseil !!! Et je claque la porte bien fort, sous le regard inquiet de ses contemplateurs. Tout cela parce que le terme de « mouroir » avait été utilisé par «  J’aime Chaponost » dans une brochure, et que l’adjoint en charge de la Dimerie avait vertement réfuté ce terme au Conseil précédent.

 Ben, bon, finalement, « sur la demande pressante de ses amis, de ses collègues et même de ses adversaires », il consent à leur faire plaisir montrant à cette occasion, sa capacité à changer d’avis, tout en rappelant que tout ça, c’est la faute de Jean-Philippe Prost-Romand !!

Bel exercice de langue de bois !

Remarque : dans cette affaire, dans son article, Le Progrès n’avait pas cité le mot qui, à lui seul, avait déclenché l’affaire, le mouroir, soulignant par cette omission volontaire la valeur symbolique du mot employé bien à tort par le site internet du candidat d'opposition.

 

Deuxième tournée : 

Délibération sur le lancement de la révision du PLU.

Pas de remarque. Et pourtant l'opposition a fait de ce sujet son cheval de bataille pour la campagne. Alors pourquoi ce silence alors que le conseil municipal est l'instance où un tel débat trouverait naturellement sa place ? La question reste posée....
S'en suit la lecture dans un silence de plomb, de la réponse du Préfet aux 3 associations qui l'avaient interpellé sur les travaux communaux et allant jusqu’à demander la mise sous tutelle de la commune !!!

Là encore, pas de réaction de l’opposition…Pourtant, le Préfet leur dit que la commune fait son devoir de respect des orientations qui DOIVENT être prises en compte dans la conduite de la commune. Pire, il leur conseille de se rapprocher du Maire pour participer à ce comité consultatif.

Bref, le Préfet leur fait la leçon...

 

Présentation du budget 2014 :

Sujet d’importance s’il en est ! Rien que moins que le budget de l’exercice à venir. L’exposé est complet, pédagogique et fouillé.

Arrive le moment du débat.

Rien, pas un mot de l’opposition, si ce n’est la litanie qui nous est servie à tout propos depuis plusieurs années « Mr le Maire, vous connaissez notre position sur la médiathèque, donc on ne votera pas ce texte ». Une posture on ne peut plus idéologique, tant la gestion d’une commune couvre des domaines largement plus vastes et bien plus essentiels que cette « guerre de positions » sur la médiathèque.
Pourtant, l’opposition rêve de gagner les élections en mars prochain et, donc, de ….mettre en œuvre ce budget. Allez comprendre !

 

Seul moment d’expression de l'opposition : la coopération décentralisée.

Il s’agit de la convention de partenariat tripartite signée avec la commune de Gon Boussougou au Burkina Faso, Lesignano et Chaponost.

Ce partenariat entre dans sa phase de réalisation. Il convient aujourd’hui de préciser les moyens à mettre à disposition pour un plan pluriannuel de collaboration. 

L’opposition vote la charte d’intention. C’est vrai que ce document n’engage à rien…. Mais, quand il s’agit de passer aux actes, c'est-à-dire de voter le budget de la première année afin d’avoir les moyens d’action nécessaire, le groupe d’opposition fait bloc contre. « Pourquoi se précipiter à voter un budget ? Ca peut attendre encore un peu …Cette précipitation ne nous plaît pas. On est d’accord avec le fond, mais pas avec le calendrier. Attendons les élections de mars, attendons que Lesignano fasse son travail de préparation. Les Burkinabé attendent depuis 100 ans l’eau, ils peuvent bien attendre un an de plus… ».

Cette délibération est donc votée par le groupe majoritaire dans son entier. Mais restons vigilants. Ce bel exercice d’hypocrisie du groupe de l’opposition masque une autre réalité. Aux yeux de certains, la vieille formule «  la Corrèze avant le Zambèze » est plus que jamais d’actualité !

Le Bureau de l'association
janvier 2014.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site