Au conseil du 11/03/2010, ça houle...

 

Après le conseil municipal du jeudi 11 mars 2010

 

On assiste à un conseil municipal puis on lit ce qu’en dit la presse. Le compte n’y est jamais, évidemment. Il y a le nombre de lignes et de caractères, il y a l’humeur et l’originalité du journaliste quand il marche sur les eaux de l’écriture et sur les œufs de l’objectivité. Il y a les partis pris, les prises à partie, les tournures de la langue et les deux tours des élections régionales. Il y a ce que l’on comprend et ce que l’on ne comprend pas.

 

 

En deux parti(e)s : le compte rendu (la presse et le mien), les prises de position, presque tous les sujets abordés, et les coups de langue dans un conseil... Bien sûr là, ça rigole et ça ne rigole pas.

 

Plutôt pour commencer que pour finir, on lira le compte rendu publié par Le Progrès du 13 mars (Conseil municipal chargé et houleux).

 

***********

 

Au Conseil municipal, ça houle et... ça tangue

 

(Langage tangage)

 

 

Une langue « chargée » et bi-active

Que chacun y aille de sa métaphore, c’est nécessaire pour divertir le public ou le lecteur. L’actualité de La Faute sur mer (pour plusieurs, c’est même ma très grande faute !), et la sirène Xynthia ont déferlé sur Chaponost : après le drapeau tibétain sur la mairie en 2008, voici la « houle » ravageuse décoiffant la façade lisse de notre municipalité et le front uni de la majorité... Il a fallu la sérénité de Neptune, notre maire, pour faire face et tenir la barre, hormis un joli coup de sang contre Eole l’opposant, petit dieu de « l’air » pleurnichant encore contre de la foudre enterrée (bigre 63000 volts) : le vœu voté à l’unanimité du principe de précaution sera envoyé au préfet.

En présentant les principes d’aménagement du « centre bourg », l’élu chargé des travaux métaphorisa en finesse : « la langue du Boulard » caressa un instant le centre. Il voulait dire le 5ème principe d’aménagement : « le parc du Boulard fait partie de l’hypercentre » - ou mieux encore « entre dans la centralité ». La caresse de la langue, c’est plus poétique que les termes technico-administratifs du type « gestion du stationnement privilégiant la mutualisation et le stationnement longitudinal », principe 4, qu’il faut sans doute traduire par « espace pour tous les usagers et créneau pour les automobilistes ». Côté finances, l’aménagement du centre est « une opération qui s’équilibrera en trésorerie », voilà qui nous renseigne... et ne mange pas (encore) de pain. Vote à l’unanimité des dix principes, finalement devenus onze.

En somme, la langue municipale c’est du « bi-actif **» pour reprendre le terme emprunté par le journaliste à l’adjointe chargée de l’enfance (« 72% des foyers avec enfants sont bi-actifs »). Il y avait le super-hyperactif, le réactif et le soutif, le bifidus, le biocanina et le bicycle, voilà le bipède familial qui travaille... tous les 2 (s’ils sont 2). Voilà pourquoi on ne dit plus « dans 72% des cas, les parents travaillent ».

On frise ainsi la glossolalie dans les deux sens du mot (on peut consulter le Petit Larousse).

 

Une majorité biactive ou bifide ? En tout cas, à deux tours.

Tiens, comme aurait dit Candide ou la baronne, voici un oxymore : « la majorité fait de l’opposition** ».  Ce journaliste n’est-il pas perfide ? Ne favorise-t-il pas de toute évidence l’élu en charge des transports ? Nous voilà ramenés au serpent de mer de l’objectivité de la presse, qui fit malmener l’ancienne chroniqueuse locale, de Ligne droite, aujourd’hui débarquée des séances municipales... Mais que faire de ces journalistes qui tiennent mal leur langue !

Comme lui, on jettera par dessus bord l’étude sur une zone artisanale commandée à la Chambre des métiers (1 abstention dans la majorité), la régularisation du dépôt de pneus destinés au rechapage avec « débourbeur-séparateur » et fauchage des berges du Merdanson, le projet de réglementer le remblaiement des terres agricoles (unanimité pour tout ça). Salut au paysage rustique et au développement durable !

 

L’opposition a été bien sage. Elle a beaucoup approuvé. Certes, elle avait déjà critiqué le budget « Contrat Enfance/jeunesse » et avait demandé qu’on le détaillât, ce fut fait avec force détails et bons camemberts. Elle s’est opposée avec peine à Berthelot : elle ne pouvait hélas faire autrement... contre le bon projet actuel. Elle s’est divisée sur l’indemnité annuelle allouée au comptable du Trésor, sur  l’école de Beaunant - chut, on est sûr que l’élue citée par Le Progrès a toujours conduit ses enfants à pied à l’école.

 

Pourquoi y a-t-il eu du tangage sur le « mare nostrum » de la majorité ?

-          « Opération Favre Garin ». Gros remous : 17 pour, 12 abstentions dont 6 de l’opposition. Le journaliste écrit que l’opposant de la majorité « a émis ses plus vives inquiétudes du point de vue de l’éthique ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Y eut-il corruption : que non, vu l’absence de vote contre. Y eut-il tromperie sur la marchandise, négociation « loupée » avec le bailleur, mauvaise utilisation ou équilibre subtil dans le marché des subventions publiques dont aurait profité le bailleur social (lié à l’OPAC du Rhône) ? Pas plus que le conseil municipal, le journaliste ne le dit.

La lecture du rapport confié à François Pillard ne permet pas de voir plus clair : les chiffres des subventions pour logements manquent, le différentiel prix de vente/estimation des domaines et la relation du prix avec les subventions ne sont pas explicités. Pour l’auditeur que j’étais et le lecteur que je suis ce fut et c’est opaque... Les propos du maire et du rapporteur laissent dans le trouble 6 élus de la majorité. Impréparation ?  Maladresse ? En tout cas malaise – légitime. Précisions à venir ?

 

-          Quant à l’école intercommunale de Beaunant, l’argument de la conserver pour faire de l’anti-TOP est grotesque : c’est comme conserver Berthelot, projet « Médiéval » ou non, pour être fidèle à « nos racines ». La solution du report de la fermeture à la rentrée 2011 arrange tout le monde : l’Inspection d’académie rompue à l’exercice (elle a la paix avec les syndicats, les municipalités, la carte scolaire, les parents), les communes concernées qui économisent (coût d’un enfant scolarisé à Beaunant, non réaménagement d’une école vétuste, autres écoles à gérer...), et les parents qui ont un an pour se retourner. Le reste est du « cause toujours ». Y compris la construction d’une nouvelle école dans un Chaponost de 10 000 habitants en 2020, on ne la construira que près du centre densifié.

 

-          Dimanche 14 mars, il paraît que c’est les régionales. Rien à voir avec ce qui précède. Circulez, et votez « bi-actif » autant qu’il est possible.

 

G.B. (Georges Biseux)

 

 

*********

 

 

Conseil municipal chargé et houleux

 

 

Jeudi soir 11 mars, le conseil municipal s'est réuni au grand complet avec un ordre du jour conséquent, en présence d'une quinzaine d'auditeurs. En préambule, Camille Duvernay, en charge de l'enfance, a fait une présentation exhaustive des structures dédiées à la petite enfance et de leur mode de financement. On retiendra qu'à Chaponost, 72 % des foyers avec enfants sont bi-actifs.

Le conseil a ensuite délibéré sur les taux d'imposition des taxes ménagères 2010. Il vote le maintien au même niveau que 2009, sachant que l'Etat a revalorisé les bases d'impositions (+3,13% taxe d'habitation, +3,11 % taxe foncière bâti et + 0,85 % pour le non bâti).

Poursuivant l'ordre du jour, les élus ont débattu sur l'indemnité annuelle allouée au comptable du Trésor en échange de ses conseils. Une délibération houleuse, où, tour à tour, les élus ont pris position. Deux oppositions et quatre abstentions ont sanctionné le vote, qui a tout de même été entériné.

François Pillard, élu chargé de l'urbanisme, a proposé au vote une série de ventes, d'acquisitions et d'échanges de parcelles. Le projet de réalisation d'une trentaine de logements sociaux a été abordé, ainsi que la vente d'une partie de la maison Berthelot, suscitant quelques interventions tant parmi les élus que le public. « La propriétaire approuve ce que nous comptons faire. Elle l'a écrit », a affirmé le maire, Pierre Ménard.

François Pillard a poursuivi en présentant le projet urbain du centre bourg. Le vote unanime du conseil municipal a solennisé le moment.

Pascal Adoumbou a ensuite commenté un dispositif d'attribution de bourse au permis de conduire pour les demandeurs d'emploi en échange de travail d'intérêt collectif. Ecole intercommunale de Beaunant. Le maire a présenté les motifs imposant la fermeture de l'école, se faisant retoquer par certains membres de sa propre majorité. Pour l'opposition, Françoise Bully de Chaponost en Action, a souligné « la notion de proximité » et de rajouter: « La fermeture de cette école c'est aussi donner un blanc-seing au TOP »

Ligne 63000 volts. En fin de séance, le conseil municipal a approuvé un vœu demandant au préfet de repousser l'opération en attendant la révision des maxima d'exposition aux ondes électromagnétiques par l'Union européenne.                                                           

Dominique Décot

 

La majorité fait de l'opposition

Beaucoup de sujets ont été prétextes à polémiques, lors de ce conseil municipal, et tout le monde s'y attendait. La surprise est venue du camp de la majorité municipale quand Jean-Charles Kohlhaas, élu en charge du Transport, a émis ses plus vives inquiétudes du point de vue de l'éthique, dans l'opération Favre Garin. Puis, à l'occasion de la fermeture de l'école de Beaunant, il a reproché au maire d'avoir contacté l'Inspection académique, avant les parents

d'élèves. « C'est un peu rock'n'roll. Cela ne fait qu'un mois et demi que les parents sont au courant, et on vote déjà la fermeture aujourd'hui », a dénoncé l'élu. Et de poursuivre: « Je souhaite qu'on mette le paquet sur l'accompagnement des enfants vers leur nouvel établissement. Dans là perspective d'accroissement de la commune, se posera à un moment ou à un autre, la création d'une école ».                                D. D.

 

 

                                                                                             Le Progrès du 13 mars 2010.

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site