Coups de langue : identités françaises

 

Identités françaises : la langue (2)

Coup(e)s de langue française

 

Note : si vous cliquez sur les élements soulignés, vous accèderez aux sites originaux (fin de la brève) et à d'autres sites (dans le cours de la brève).

 

1.  Graphie et typographie : où l’on retrouve la fameuse "esperluette" et l’œuf de Christophe Colomb (l’e dans l’o )

Extraits de  « œ-Œ, chronique d’une mort annoncée »

« (…) L’e dans l’o est une “ligature” qui combine deux lettres (ou digramme) pour en faire un caractère unique : œ-Œ. Il existe beaucoup d’autres ligatures (entre deux “f”, entre un “f” et un “l”, un “s” et un “t”…) destinées à faciliter la lecture et donner de la joliesse au texte, qui ne sont plus guère utilisées (…)

A l’exception du signe &, appelé (à tort) “et commercial”, ligature d’origine mérovingienne du “e” et du “t”, qui apparaît dès le premier texte en français (les Serments de Strasbourg), et qui a eu la chance de figurer sur les claviers des machines à écrire puis des ordinateurs, sans doute en raison de son nom usurpé et d’apparence mercantile. (…)

A propos, amis blogueurs, vous prononcez édipe ou eudipe, énologue ou eunologue ? »

*******

http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2010/02/19/oe-oe-chronique-dune-mort-annoncee/

Curieux de la langue française, lisez  le blog des correcteurs du Monde : « Langue sauce piquante ».

 

2.      Urgent ! Orthographe : Mais quand donc simplifiera-t-on la langue française écrite ?

(…) «Guillerète» et «zigounète»

«Pourquoi écrire "aquarelle"avec un e sans accent et deux l, mais "modèle" avec un e accentué et un seul l ? "Antenne" avec deux n, mais "arène" avec un seul n ? (…)  Le doublement de consonne après le e constitue l’une des grandes difficultés de l’orthographe, répondant à des règles compliquées assorties d’un régiment d’exceptions.

Le collectif étudie une solution : opter systématiquement pour le e accentué. En vertu de quoi, 2 500 mots seraient modifiés, de «abérant» à «endéter», «guillerète» et «zigounète»… Déraisonnable ? Rationnel. «Comprenez bien, nous avait prévenu Claude Gruaz. Nous ne croyons pas […]à un système phonographique, absurde [où l’] on écrirait "porter", "portée", portées", "portai", "portait", "portaient" avec deux graphies : "porté" et "portè" ! Non, nous menons modestement des études pour voir s’il est possible de ra-tio-na-li-ser l’orthographe..» (…)

D’après CORINNE BENSIMON, « Au bout de la langue », Libération (17 février 2010)

http://www.liberation.fr/societe/0101619775-au-bout-de-lalangue

 

3.   Défense et illustration de la langue française… au Canada et aux J.O.

« (…) Le premier ministre du Québec, Jean Charest, et le ministre du Patrimoine du Canada, James Moore, avaient déploré le peu d'espace consacré à la langue et la culture françaises pendant la cérémonie d'ouverture.

 Abdou Diouf ne veut pas se prononcer

Le secrétaire général de la Francophonie a pris soin de ne pas jeter de l'huile sur le feu.(…)

M. Diouf a aussi admis que le français avait été désavantagé artistiquement lors des cérémonies d'ouverture des jeux puisqu'il a fallu attendre Garou, vers la fin du spectacle, pour entendre du français.

Selon lui, la question n'est pas de déterminer si le Canada respecte son caractère bilingue officiel, mais de respecter le fait que le français et l'anglais sont les deux langues officielles du mouvement olympique. »

 

http://vivezvancouver.radio-canada.ca/vivezvancouver/CultureSociete/2010/02/15/006-francais-ceremonie.shtml#

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site