AFGHANS 1 cadrage et engagements 23/11/09

Afghans à Chaponost

Du droit d'asile international au quotidien local...

 

1. « La France a inscrit l’asile comme droit fondamental au Préambule de sa Constitution. Elle s’est engagée à le respecter en ratifiant la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, ou Convention de Genève, dont l’un des éléments essentiels est le principe de non refoulement. À l’occasion du 50ème anniversaire de la Convention, le représentant permanent de la France auprès des Nations unies à Genève a rappelé la portée des engagements souscrits : « depuis cinquante ans, la Convention de Genève est la pierre angulaire de l’asile… certains estiment qu’elle a fait son temps… pour la France, elle demeure totalement pertinente et il convient de rester vigilant pour garantir sa pleine application… Malgré une situation économique extrêmement difficile après la guerre, nos gouvernements avaient su, en 1951, faire preuve de générosité, il importe aujourd’hui de ne pas revenir en arrière ». Dans la déclaration finale, parmi 141 États, la France a reconnu « l’importance toujours actuelle de la Convention de 1951 » et a réaffirmé qu’elle est « la cheville ouvrière du régime de protection internationale des réfugiés ». Elle a « réaffirmé solennellement [son] engagement à remplir [ses] obligations au titre de la convention ».

Patrick Delouvin, « L’asile en France aujourd’hui », Revue européenne des migrations internationales, vol. 20 - n°2 | 2004, [En ligne], mis en ligne le 25 septembre 2008. URL : http://remi.revues.org/ index973.html

 

2. « Pour le cinquantenaire de la Cimade (Comité Inter Mouvements Auprès Des Évacués- voir site Cimade et Wikipedia), Michel Rocard avait déclaré : « La France ne peut accueillir toute la misère du monde… mais elle doit savoir en prendre fidèlement sa part. »  

Extrait de « Pour la postérité, Rocard se bat contre la « misère du monde ». Par Zineb Dryef | Rue89 | 27/09/2009 | 

 

Ces deux extraits, que l’on approfondira au besoin en consultant les sites d’origine, pour situer la question des demandeurs d’asile et des réfugiés et pour répondre à certains propos hostiles à l’accueil des Afghans en France et à Chaponost. En particulier à celui-ci sur le site du Parisien (9/10/09) : « France réveille-toi. Après la mort de nos jeunes militaires Français, il faut réexpédier tout ce monde. On ne fait plus de sentiments de nos jours. Et combien ça nous coûte alors que toutes les caisses sont vides !!! », ou celui-là dans le Monde (15/10/09): « On arrive à une situation cocasse ! L'ONU réclame des renforts pour combattre les Talibans, et il faudrait accueillir des Afghans qui ne veulent pas le faire,  Pour sauver leur mère ou leurs sœurs ! Au même moment, on apprend que les Italiens feraient la guerre tout en payant l'ennemi pour ne pas combattre! »

L’allusion à la Résistance (comme de Gaulle et FFL appuyant les Anglais, que les exilés mâles soutiennent nos troupes) est en effet la plus difficile à réduire sur le plan affectif et idéologique ; les circonstances historiques ont changé : le statut de réfugié existe, il faut s’y tenir ; il faut prendre le risque sinon le pari de l’accueil des émigrés (par exemple, il n’est pas sûr qu’intégrés, ils soient accueillants pour les émigrés de demain).

 

Le Chaponois libéral, Scapin, et ses sbires se sont assurément inspirés de la presse nationale, Alphée en particulier à propos de la Résistance. Ils  y ajoutent les refrains habituels, le fric et la tranquillité, en ouvrant les vannes des commentaires naïfs, hostiles et nauséabonds.

- On appréciera le procédé habituel de la grosse et grasse plaisanterie rigolarde : Menard Al Capone devient le Tarzan slip peau léopard pour ouvrir une nouvelle jungle, le Scapin pimente la sauce avec 3 modèles féminins tenue léopard avec rondeurs (Scapin sex-symbol ?). Chaponost Palerme devient à l’occasion Petibonum-Sangatte – en attendant Hiroshima ? 

- Et de la fielleuse pointe sur les « bons sentiments de notre maire », catholique naïf et socialiste rusé, flattant la troupe des anciens et « futurs humanitaires ». Variante d’une commentatrice qui se croit menacée par des voisins afghans : « la municipalité peut se faire mousser sans frais », et qui a dû voir monter ses taxes foncières : « faire des actions charitables sur le dos des habitants ». Sans oublier le conseil aux élus d’accueillir les cinq « individuellement à leur domicile » selon l’axiome que chacun choisit ses amis, ses pauvres, ses déshérités de la « misère du tiers monde » (ça date un peu)

- Quelle hâte encore pour célébrer la gêne des voisins, la sienne propre pour commencer. Avec, nerf de la guerre, argument suprême, celui de l’Avare (Ma cassette, ma cassette) : « aux frais du contribuable chaponois ». Signalons que les voisins immédiats avaient été prévenus, et qu’un autre lieu a été choisi.

 

Un communiqué de presse venant de la Mairie règle la question : (voir CP_Accueil_des_afghans)

« Cette maison présente plusieurs avantages sur celle envisagée la semaine dernière  avenue Devienne à savoir : meilleur état de la maison, proximité du centre (commerces, médecin...)  et du centre social, meilleur indépendance (voisinage).

Quelques précisions :

Cette maison sera mise à disposition à titre gracieux à l’ASLIM (Action de Soutien au Logement d'Insertion Meublé) par une convention – bail, l’ASLIM assure la maison, paie les charges,  et s’occupe de la relation avec les sous locataires, les 5 personnes accueillies. Nous avons précisé que cette mise à disposition concernait les 5 personnes en lien avec la situation donnée et pour une durée de 1 an.

La Cimade assurera le suivi social.

Les travaux nécessaires (bien moins importants dans cette maison) sont financés par la fondation Abbé Pierre.

Il n’y a donc aucun coût à charge de la commune.

Ces 5 personnes ont leur titre de séjour demain en préfecture. »

 

 

L’association Ensemble et autrement dans l’accueil des Afghans

  1. La première urgence (logement, local, ameublement, habits, et.)
  2. Le point au 18 octobre 2009

Les cinq afghans : Ayoub (parle anglais, urdu, dari, italien), Abdul, Khalil, Gul, Noor Mohammad sont installés maintenant à Chaponost dans la maison Chabroud.

Merci encore pour cette belle mobilisation ! il nous faut bien sûr continuer à  «  accompagner »  leurs premières semaines à Chaponost de façon coordonnée avec le trio des élus responsables, le CCAS, le CS, la CIMADE...

 

Chantal a écrit  concernant le côté financier :

  • Ils percevront une allocation de l’Etat mais cette allocation ne commencera peut être pas avant un mois et demi environ, et elle n’est pas rétroactive
  • Ce sera donc la Cimade sur ses fonds associatifs qui devra assumer cette charge.

Il est important que cette relation d’argent reste le fait de la Cimade et que l’on n’intervienne pas.

 

Par contre si des Chaponois veulent faire un don spécifique à la Cimade pour ce soutien c’est bien.

Don déductible impôt : CIMADE Action urgence Afghans Chaponost 33 rue Imbert Colomès 69001 LYON

 Vous pouvez faire les dons sous forme de chéque à l’ordre de « Cimade action urgence afghans  Chaponost » envoyé/remis à Charlette Villard    23 chemin du château  69630 Chaponost (qui transmettra à la Cimade ) Vous recevrez  ensuite de la Cimade le document-reçu  pour impôt

 

 

 

Au quotidien

Cf. le point d’information 1, du 16 octobre 2009 de Chantal Guyot dans la partie "Réservé aux membres"

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site