Réflexions sur la ligne haute tension

J’ai assisté aux deux réunions RTE (société chargé d’installer une ligne électrique haute tension souterraine sur la commune) en essayant d’écouter et de m’informer à la fois sur la réalité du risque lié aux Champs Electro Magnétiques (CEM) et sur l’authenticité des inquiétudes exprimées par les riverains.

Entre les « vociférations » non dénuées d’arrière pensée de certains auditeurs (ils sont nombreux) , les faiblesses de l’argumentation RTE et leur surdité en face des suggestions « acceptables »  il bien difficile de rester serein !

 

Après avoir essayé d’en savoir plus – voir annexe - je vous livre mes impressions (évidemment provisoires) :

1-     Les normes et recommandations d’expositions maximales vont très vraisemblablement évoluer dans des proportions très importantes au nom d’un principe de précaution que l’on peut juger parfois excessif et aussi d’une meilleure connaissance du phénomène (des conclusions sont attendues dans les mois à venir)

 

A mon avis les écarts de recommandations entre des pays de niveau de développement comparable est relativement troublant. Tableau ci-dessous

 

Recommandations
ou Normes

Champ d’induction magnétique en µT

Grande Bretagne – NRPB (depuis 1991)

1600

OMS – IRPA/INIRC (1988)
Belgique (1988) [2] CENELEC : ENV 50166-1

Commission Européenne 1999/519/CE
ICNIRP (1999)
France (1999)
Suisse – ORNI (1999)
Italie (1992)

100

France – CIRC de Lyon (Centre International de Recherche sur le Cancer) (2001)

0,4

Norme Suède (1999) TCO 99  et NCRP (USA-1995)

0,2

Luxembourg (1994)

Distance de sécurité

Régions italiennes :Veneto (1999)  Emilia-Romagna (2000) et Toscana (1999)

0,2

Scientifiques indépendants:Feychting M. (Suède)Ahlbom A. (Suède)(Depuis 1992)

0,2

Scientifiques indépendants :- J.M Danze (Belgique) 1995- Dr Roger Santini (France) 1995- Prof. Le Ruz (France) 1995

Zone de repos : 0,05- Poste de travail et autres : 0,2

 

A savoir :

-         L’intensité du CEM décroit très rapidement en fonction de la distance à la source d’émission. Pour le câble RTE et en  émission maximale autorisée (100 microtesla)  à 5 mètres l’intensité est inférieure à 4 microtesla et à 10 mètres elle est de l’ordre de 0.1 microtesla. De plus l’intensité maximale n’est atteinte que dans circonstances exceptionnelles : en moyenne annuelle l’intensité à l’émission sera de l’ordre de 25 microtesla.

-         Un câble HT enterré ne génère pas de champ électrique en surface.

2-     Si il y a danger potentiel aux expositions des champs électro magnétiques il est vraisemblablement très faible au regard des autres risques auxquels nous sommes exposés (pour donner une image cela me fait penser à un  automobiliste qui, en cas de neige, se focaliserait sur un défaut affectant son avertisseur et « oublierait » que ses pneus sont totalement usés).

3-      Il y a des « riverains » du (des) tracé (s) effectivement  inquiets (même si cette inquiétude n’a pas de justification rationnelle) et cette inquiétude pourra être générateur de troubles eux bien réels (effet placébo bien connu) Comment prendre en compte cette difficulté ?

4-     La municipalité est d’une part très attaquée et d’autre part très sollicitée pour agir.

 

Annexe : Réalité du danger des Champ Electro Magnétiques : (CEM)

Il y a deux approches scientifiques d’évaluation :

1-  Les études épidémiologiques :

Sur la base d’expérimentations ces études tendent d’établir une liaison entre « exposition aux CEM » et « augmentation des pathologies ciblées » (leucémie, autres cancers, troubles cardio vasculaires, problèmes oculaires , etc…)

La difficulté spécifique à ces recherches est que des éventuels effets des CEM doivent intégrer à la fois l’intensité  de l’exposition (mesurée en microtesla) et la durée de l’exposition (qui pour les lignes HT est de plusieurs dizaines d’années)

Ce type d’études utilisant essentiellement des techniques statistiques ne pourra jamais établir l’absence d’influence de «l’exposition aux CEM » sur « l’augmentation des pathologies » même si cette absence d’influence est bien réelle (par analogie il est impossible de démontrer qu’un dé  est équilibré –équiprobabilité des 6 faces-  même si on dispose de plusieurs centaine de milliers d’essais).

A contrario, si il y a effectivement influence de l’exposition au CEM sur l’ augmentation de la possibilité de contracter telle ou telle pathologie,  les études épidémiologiques permettent de détecter cette influence avec un risque d’erreur d’autant plus faible que le retour d’expériences est important (pour reprendre l’analogie du dé : un dé construit déséquilibré (volontairement ou non)  verra ce « défaut » détecté  si minime soit-il par  un nombre suffisant de lancés, cette détection étant toujours assortie d’un risque d’erreur, ce risque d’erreur diminuant avec le nombre de lancés.

L’argumentaire RTE distingue « corrélation » et « influence » c'est-à-dire phénomène de cause à effet ». Le sérieux des études réalisées sur cette question invalide à mon avis cette distinction (nous sommes très loin de la corrélation détectée entre l’arrivée des cigognes et l’augmentation du nombre de femmes enceintes !)

Peut on tirer des conclusions de toutes ces études ?

Le danger « potentiel » étant en tout état de cause très faible et donc très difficile à détecter (cf le dé déséquilibré) il me semble que toute partie prenante dans le débat peut « faire son marché » pour y trouver l’argumentaire qu’il souhaite y trouver !

Ainsi quand les représentants RTE admettent qu’une forte exposition (5000 microtesla) induit un risque de santé et que la norme 100 microtesla donne une marge de sécurité de rapport 50, ils ne disent pas si cette exposition d’intensité 5000 est de nature « instantanée » ou « prolongée».

Ainsi les tenants du principe de précaution  citant l’étude qui conclut à  un effet détectable d’augmentation du taux de leucémie chez les enfants pour des expositions de longues durées d’intensité moyenne supérieure à 0.4 microtesla  oublient de dire que cette étude porte sur 44 enfants atteints de leucémie et 67 enfants « contrôle » ce qui est bien peu ! (qui plus est les mesures de risque d’erreur  ne sont généralement pas indiquées)

Ce qui me semble le plus convaincant (étude citée dans les documents RTE) est l’étude menée sur 400 000 salariés travaillant dans des conditions d’expositions élevées (l’intensité n’est hélas pas donnée) et pour lesquels le risque de cancers de cerveau est estimé en augmentation de 12% et de leucémie de 9%.

 2-  Les études laboratoires :

Ces études (effectuées sur des animaux) permettent de « forcer » les intensités d’exposition, d’essayer de comprendre «pourquoi » les CEM auraient un effet négatif mais elles ont l’inconvénient de tester très difficilement l’effet cumulatif des expositions (une expérience d’une durée de plusieurs dizaine d’années n’est pas facile à mettre en œuvre !

 Une illustration : http://seme.cer.free.fr/ecologie-sante/pollutions-electriques.php

Effets sur la mélatonine

De nombreuses études sur des animaux montrent que les champs électriques et magnétiques font chuter la sécrétion de mélatonine (mais cette affirmation est constestée par d’autres études). Cette hormone synthétisée par l'épiphyse (ou glande pinéale) a 2 fonctions essentielles:
1) Elle a un rôle très important dans les défenses immunitaires. L'exposition aux CEM provoque un affaiblissement de nos défenses immunitaires. Une personne exposée se défend moins bien contre les cancers hormono-dépendants, contre les maladies infectieuses...
2) Elle régule les rythmes biologiques. Les champs électriques et magnétiques perturbent ces rythmes biologiques et provoquent ainsi des troubles de sommeil. La mélatonine est produite surtout pendant la nuit. L'exposition au CEM pendant le sommeil est donc plus perturbante que pendant la journée.

 

Remarques : certaines publications font aussi état d’hypersensibilité de certaines personnes aux CEM et parlent d’effets non thermiques des très basses fréquences

 

Biblio internet :

http://www.rte-france.com/htm/fr/mediatheque/telecharge/Brochure_Champs_Electromagnetiques_TBF.pdf

http://www.bbemg.ulg.ac.be/FR/3CEMSante/CEMSante.html

http://www.who.int/peh-emf/about/WhatisEMF/fr/  (site OMS)

http://www.infogsm.fgov.be/fr/golven/index.html (très complet)

http://www.electrosmogprotec.com/Electrosmog.htm

 

 

 

Commentaires (1)

1. 17/02/2010

Un correctif à vous proposer : en Suisse, l'ordonnance de 1999 limite les émissions reçues , en moyenne sur 24 heures, à 1 micro-tesla ( valeur efficace, soit valeur moyenne maximale /1.414, avec des valeurs limites de micro-tesla.
En Italie, la valeur limite nationale est de 10 micro-tesla avec cible à venir à 3.
Le champ terrestre est de 47m-tesla. Il est inerte, mais si on se déplace, taxis, routiers, voyageurs, il n'est plus inerte du tout.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×